Mon Truc en Plumes

Echarpe en plumes
Echarpe en plumes
Echarpe en plumes
Echarpe en plumes

Rendez votre tenue encore plus séduisante, et pimentez là avec une étole en plumes.  
La séduction peut-être à la fois  sensuelle et glamour !

Echarpe en plumes

Etoles en plumes 



Plumes à caresser

Plumes à caresser



Zizi Jeanmaire, la meneuse de revue

Elle incarnait le music-hall à la française depuis les années 1950.

 

Renée Marcelle Jeanmaire nait en avril 1924 à Paris. Très tôt elle se passionne pour la danse au point qu’à seulement 9 ans, elle entre à l’école de danse de l’Opéra de Paris. J’imagine que pour y avoir été admise aussi tôt, elle devait déjà avoir un sacré talent. Là-bas, elle rencontrera son âme sœur, celui qui deviendra son allié puis sont époux, Rolland Petit. Evoluant ensemble, ils quittent main dans la main l’Opéra malgré le fait qu’ils aient tous les deux intégrés le corps de ballet. Ils rêvent d’autres choses. Rolland s’oriente vers la chorégraphie et devient d’ailleurs un des chorégraphes français les plus réputés. Quant à Renée, qui deviendra la célèbre Zizi, s’oriente vers différents ballets. Il faut dire qu’elle a plusieurs cordes à son arc. En plus d’exceller dans la danse et d’avoir une rigueur que le classique oblige, elle est aussi très bonne chanteuse et très bonne comédienne. Avec Rolland, ils forment un super duo. Elle devient d’ailleurs sa muse puisqu’il met en scène plusieurs ballet offrant à Zizi le rôle principal.

 





En 1961, elle triomphe à l'Alhambra avec Mon truc en plumes sur une musique de Jean Constantin, des paroles de Bernard Dimey et des costumes d'Yves Saint Laurent.
Ce numéro iconique où elle joue à cache-cache avec de grands éventails en plumes restera son plus grand succès. "C'était un numéro de music-hall extraordinaire, disait-elle, mais c'est un peu l'arbre qui cache la forêt ! J'ai aussi chanté Aragon, Guy Béart ou Serge Gainsbourg." 

Elle travaille un temps à Hollywood et à New York. Le grand producteur Sam Goldwyn lui conseille de garder comme prénom de scène "Zizi", le mot qu'elle répétait ("Mon zizi") quand sa mère l'appelait "Mon Jésus".  Dans les années 1950, elle apparaît au cinéma dans des films, souvent de danse, comme Hans Christian Andersen de Charles Vidor, Folies-Bergère et Charmants garçons d'Henri Decoin, Guinguette de Jean Delannoy.
  



Devenue danseuse étoile, Rolland Petit la sollicite pour le nouveau ballet qu’il vient de créer. Cherchant une danseuse androgyne, Zizi adopte alors la coupe à la « garçonne » qui lui sera par la suite si emblématique. Cette coupe de cheveux ne la quittera plus. Quant à son talent, il se fait très vite connaitre et cela même à l’international puisqu’elle ira jusqu’aux scènes de New York en 1949 pour interpréter Carmen et pour enchainer un an plus tard sur La croqueuse de Diamant toujours accompagnée de son partenaire de toujours, Rolland, chorégraphe sur ces deux projets. Son talent et son allure raisonneront et forcément, elle sera repéré par Hollywood. Pour une petite française, c’est quand même super rare mais Zizi est tenace… Elle a toujours su qu’elle y arriverait et a toujours été consciente de son talent ce qui lui apporta forcément une certaine confiance en elle. Elle irradiait donc forcément… Il n’y a qu’à la voir sur les photos.

En plus de se faire remarquer par de grosses productions de music-hall hollywoodiennes, Zizi Jeanmaire se fait aussi remarquer par un des stylistes les plus en vogue de cette époque, le seul et l’unique Yves Saint Laurent. Le créateur de mode est connu comme être un grand passionné de music-hall et de cabaret en général. Il aime les plumes, les strass, les paillettes… Il aime le show et à l’occasion de la création de la Revue de l’Alhambra en 1961, toujours créée par Rolland Petit, il va créer plusieurs costumes pour la meneuse qui n’est autre que Zizi ! C’est donc une longue collaboration sur pas moins de 40 ans de carrière. Zizi deviendra une véritable muse pour le créateur. 

Yves Saint Laurent s’est au fur et à mesure du temps lié d’une très forte amitié avec cette meneuse de revue de talent. Il a créé de nombreux vêtements et costumes pour Zizi et la plupart d’entre eux appartiennent aujourd’hui au musée Yves Saint Laurent de Paris. Il est tout de même intéressant de voir que la danseuse ornée de plumes sur scène préférait dans la vie de tous les jours des tenues beaucoup plus simples et passe-partout. Beaucoup de noir, des trenchs, des petites robes simples… C’est d’ailleurs ce qu’a permis de voir cette vente aux enchères, que Zizi Jeanmaire était quelqu’un de très simple malgré son parcours incroyable.
Plus récemment, le compositeur Jean-Jacques Debout évoquait sur France Musique sa collaboration avec Roland Petit, Zizi Jeanmaire et Yves Saint Laurent pour la revue La Grande Vie, en 1970. Se révélant lui aussi un pan entier de l’histoire du music-hall.